Parcours Marionnettique 2008

L’acteur et le marionnettiste

Pierre Blaise

Du vendredi 11 janvier au dimanche 13 janvier 2008

Le théâtre de marionnettes requiert de l’acteur des capacités de transposition. Le stage se propose d’approcher la méthode des actions physiques de Stanislavski. Sur cette base, la pratique envisagée avec les stagiaires est celle du « phrasé gestuel » de la marionnette. L’instrument privilégié est la marionnette en castelet.

Jeu et Matière

Pascal Vergnault

Du vendredi 29 février au dimanche 2 mars 2008

Nous allons faire pendant ce stage un parcours de jeu et de matière, en nous laissant guider par nos envies et nos désirs en se confrontant à l’univers de la marionnette et de l’objet. Le jeu sera l’objet principal de ce stage, avec des improvisations à plusieurs et un temps de recherche sur des improvisations en solo avec un texte et des matériaux communs. La matière est source d’inspiration et d’imaginaire, nous utiliserons des matériaux simples comme le papier kraft, le carton, les matières plastiques, le papier bulle, la mousse seront nos outils de travail.
Les mots seront notre crédo pour mettre en jeu la matière avec des choix de textes d’auteurs contemporains. Trois techniques seront utilisées, la marionnette à gaine derrière la bande ou castelet, le travail à vue sur table et le travail de l’ombre ou de l’image avec des sources diverses type rétroprojecteur avec travail du dessin en direct.

Marionnette-sac

Patrick Conan

Du vendredi 25 février au dimanche 27 avril 2008

La « marionnette-sac » est un type de marionnette inventé pour le spectacle La Nuit des Temps… créé en 2002 à Villeneuve-Lès- Avignon.

Nous étions loin d’imaginer que cette forme allait constituer l’objet central de notre recherche artistique jusqu’à aujourd’hui, et encore pour quelques années. Jusqu’alors nous nous posions la question de la forme du corps manipulé en réponse à une nécessité du thème ou du texte. Dorénavant, la marionnette-sac est un postulat avec lequel nous devons composer. C’est dans cette contrainte que nous évoluons. En d’autres mots, nous épuisons cette forme ; nous en devenons des « spécialistes » avec l’espérance de l’acquisition d’une virtuosité, ou plus modestement d’une légèreté. Avec le pari que cet outil de mieux en mieux maîtrisé répondra au plus juste à notre désir de dire notre monde.

Patrick Conan