DE L’AUTRE CÔTÉ DU CITRON

Spectacle – film d’animation
Vidéo en direct, théâtre de papier et marionnettes
Tout public dès 7 ans
Résidence au Tas de Sable : du 28 septembre au 7 octobre 2021

Générique

Conception et mise en scène | Mila Baleva

Interprétation | Mila Baleva et Guillaume Hunout

Création lumière et régie | Guillaume Hunout

Dessins et personnages | Zlatka Vatcheva

Création musique | Guillaume Hunout et Véronique Lespérat-Héquet

Texte | Inna Pavlova

Regard complice | Eric Goulouzelle

Diffusion

Festival itinérant de marionnettes (FIM – Valenciennes) | 11 et 12 octobre 2021

M Festival, Maisons Folie – Wazemmes et Moulins (Lille) | 16 et 17 octobre 2021

Ferme culturelle du Bessin (FCB – Esquay-sur-seulles) | 7 novembre 2021

CC Territoire Nord Picardie | 13 et 14 janvier 2022 / 10h et 14h30

Théâtre Massenet (Lille) | 17 janvier 2022 / 14h et 19h

Le Palace (Montataire) | 28 janvier 2022 / 9h, 10h & 14h30

Maison du Théâtre (Amiens) | du 1 (10h/14h30-Scolaire), 2 (14h30-Tout public) et 3 (10h/14h30-scolaire) février 2022

Festival Méli Mômes (Reims) | 2 (18h), 4 (10h/14h30) et 5 (10h/14h30)5 avril 2022

Maison de la Culture et des Loisirs (Gauchy) | 7 et 8 avril 2022 / 10h & 14h15

Espace Culturel Saint-André (Abbeville) | 2-3 juin 2022 / 10h & 14h15

Festival RéciDives (Dives-sur-Mer) | 15 et 16 juillet 2022 (dates à confirmer)

SYNOPSIS

Conte philosophique sur un autre côté de l’amour. D’après l’album de jeunesse d’Inna Pavlova : L’homme qui n’avait pas de face.

Nous sommes emmenés dans un monde mystérieux où rien n’est vraiment normal. Des personnages freaks, tordus et monstrueux, des endroits à la fois angoissants mais très poétiques. Tout au long de l’histoire un homme qui a juste un profil cherche sa partie manquante. Il part en voyage autour du monde pour chercher ce qui lui manque. Sur sa route il rencontre des personnages étranges.

Tout le monde l’ignore et personne ne veut lui parler ou le regarder de face car il est “différent”. Ces autres créatures qui le rejettent, sont tout aussi différents et bizarres que lui. Chacun avec son étrangeté et son caractère. Mais ils ne sont pas prêts à s’accepter les uns les autres. Chacun est seul dans son monde.

Un jour, en poursuivant sa route, l’homme trouve un grand citron jaune. Il le prend dans ses bras et découvre son propre sourire qui apparaît. Le héros pense que le citron lui ressemble beaucoup car lui non plus n’a pas de face parce que les citrons sont tout arrondis. Ils deviennent amis mais le citron commence à vieillir. De plus en plus sa peau jaune devient verte et moisie. Un soir, le citron meurt. Alors, l’homme l’apporte au sommet d’un grand séquoia et le pose dans un nid abandonné. Puis il monte sur sa bicyclette et part vers le ciel pour devenir lune.

Une fin qui pourrait être interprétée de façons différentes.

Il devient la Lune pour éclairer les sombres nuits. Il a trouvé sa place d’où il peut enfin sourire et se sentir bien dans sa peau. Ou peut-être qu’il meurt ?

L’histoire nous donne l’espoir et le désir de toujours chercher, de ne pas s’arrêter, de ne pas être déçu du monde et de la vie quand les choses ne se passent pas comme on le voudrait, d’accepter les gens tels qu’ils sont et surtout de s’accepter soi-même

Teaser

Interview de Mila Baleva

EXTRAITS DU TEXTE

L’homme-profil reprit sa route, seul, et complètement vide, dans un monde où les gens qu’il rencontrait lui semblaient encore plus froids. Il avait l’impression que le monde entier le détestait mais il poursuivit son chemin. Il parcourut le monde d’est en ouest, du pôle nord au sable du sud, inlassablement. Il ne restait pas une ville, pas une île, pas même un coquillage que notre héros n’ait visité à la recherche de ce qui lui manquait.
Alors, il se dit que si sur terre il n’y avait pas de place pour lui, il était temps d’aller chercher une au ciel.
Une nuit, une nuit toute noire, l’homme-profil enfourcha sa bicyclette et grimpa là-haut pour devenir ce qu’on appelle aujourd’hui croissant de lune.

Et malgré qu’il ait perdu espoir, l’homme profil continue à nous regarder du ciel.
Un regard à gauche, un regard à droite.
Il cherche toujours, de là-haut, sa moitié qui lui manque.
Alors que nous, d’en-bas, nous voyons parmi les étoiles la Lune.