Noémie Beauvallet pour WUT

Dates de résidence au Tas de Sable : du 6 au 19 mai 2019
Présentation du travail : en cours d’élaboration

Noémie Beauvallet

Noémie Beauvallet est née en 1990 en région Grenobloise. Elle décide, après le lycée d’option théâtre, de partir étudier à l’université des Arts du Spectacle de Strasbourg et poursuit en parallèle les cours de théâtre au conservatoire. C’est là bas qu’elle découvre les arts de la marionnettes grâce au TJP (Théâtre Jeune Public) et commence à prendre des cours de manipulation de marionnette.

Après l’obtention de sa licence, elle part se former à la marionnette auprès de la compagnie Ches Panses Vertes en suivant le troisième cycle de conservatoire en classe de marionnette à Amiens.

Elle participe également à la formation professionnelle de construction donnée par la compagnie. Depuis 2015 elle étudie au département de Figurentheater (théâtre de figure) à l’école supérieur de Musique et des arts de l’interprétation de Stuttgart (Hoschule für Musik und darstellende Künste). A partir de septembre 2018, elle se rapproche des arts du cirque en suivant la formation professionnelle donnée par l’école de cirque Passe Muraille à Besancon.

Générique

de et avec :
Noémie Beauvallet
Gerda Knoche
Rebecca Fels
Coline Ledoux

Le projet : WUT / LA COLÈRE

Théâtre visuel et marionnettique

Quand devient une colère importante?
À Partir du moment où elle se trouve dans un système dans lequel elle ne doit pas exister.
À partir du moment où un système ne fonctionne plus.
Où les règles ne sont plus.

Ces systèmes de pensées forment notre conception de la colère. Leur contextualisation
provoquent des frictions. En un sens physique: Chaleur, Énergie.

Le système, la société, une société réduite peut, selon le contexte, provoquer cette événement qu’est la colère. En pensant à la colère en tant que travail d’acteur, arrivera l’instant où aller plus loin n’est plus possible. En travaillant avec l’objet inanimé, le potentiel d’extension et d’expérimentation de la colère peut être poussé jusqu’au « sur-extrème », jusqu’à l’inimaginable.

Production

En cours