Noémie Beauvallet pour Je vous souhaite bien plus que de la chance

Dates de résidence au Tas de Sable : du 6 au 19 mai 2019
Présentation du travail : en cours d’élaboration

Noémie Beauvallet

Noémie Beauvallet est née en 1990 en région Grenobloise. Elle décide, après le lycée d’option théâtre, de partir étudier à l’université des Arts du Spectacle de Strasbourg et poursuit en parallèle les cours de théâtre au conservatoire. C’est là bas qu’elle découvre les arts de la marionnettes grâce au TJP (Théâtre Jeune Public) et commence à prendre des cours de manipulation de marionnette.

Après l’obtention de sa licence, elle part se former à la marionnette auprès de la compagnie Ches Panses Vertes en suivant le troisième cycle de conservatoire en classe de marionnette à Amiens.

Elle participe également à la formation professionnelle de construction donnée par la compagnie. Depuis 2015 elle étudie au département de Figurentheater (théâtre de figure) à l’école supérieur de Musique et des arts de l’interprétation de Stuttgart (Hoschule für Musik und darstellende Künste). A partir de septembre 2018, elle se rapproche des arts du cirque en suivant la formation professionnelle donnée par l’école de cirque Passe Muraille à Besancon.

Générique

Conception | Gerda Knoche, Rebecca Fels, Coline Ledoux, Noémie Beauvallet

Jeu et manipulation | Gerda Knoche, Coline Ledoux, Noémie Beauvallet

Metteuse en scène | Rebecca Fels

Regard complice | Thaïs Trulio

Le projet : Je vous souhaite bien plus que de la chance

Théâtre visuel et marionnettique

Je vous souhaite bien plus que de la chance est un projet théâtral et marionnettique franco-allemand qui explore le thème de la colère.

Mené par une équipe de cinq personnes, la recherche s’articule autour de ce sentiment connu de tout.e.s. Le projet consiste à traverser nos colères, en partant des souvenirs des crises de rage enfantines jusqu’au ressenti actuel des soulèvements des rues du monde.

Une multitude d’ours en peluche fait également partie de l´équipe : ils peuvent être des objets de colère ou des acteurs en colère, certains deviennent des partenaires de jeux, ils sont parfois des marionnettes, ou même des masques. Ils peuvent également être portés comme un costume. Une colère à enfiler.

Trois marionnettistes s’affairent au milieu d’eux, sachant que cette pièce marque un tournant personnel – l´achèvement d’un cursus de 4 années d´école.

Accompagnées d’une metteuse en scène et d’un regard extérieur aguerri à la manipulation, les marionnettistes se confrontent à deux mondes : l´enfance et la vie d´adulte.

Bousculées par la tempête, au milieu des remous et des soubresauts, elles réalisent :
En fait, nous nous tenons toujours à la rampe du toboggan à hurler de toutes nos forces car on nous demande de rentrer à la maison.

Production

En cours

dossier de production