Joëlle Calimoutou – Les Alchimies Insulaires pour Lily… petite forme au fil de l’eau

En compagnonnage : de septembre 2019 à juin 2020
Dates de résidence au Tas de Sable : NC
Présentation du travail : NC

DOSSIER DE PRODUCTION

Joëlle Calimoutou – Les Alchimies Insulaires

Actrice, metteure en scène et marionnettiste, Zoé Lizot a étudié au Studio Théâtre d’Asnières et aux conservatoires du 14e et 8e arrondissement de Paris (sous la direction de Nathalie Bécu et Marc Ernotte) en parallèle d’une licence Théâtre à la Sorbonne Nouvelle Paris 3.

Elle continue sa formation à l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières (notamment sous la direction de Phia Ménard, Ludor Citrik, Johnatan Capdevielle, Claire Heggen). Durant l’été 2017, elle est interprète pour la cie Les Trois Sentiers, sous la direction de Vincent Debost, avec qui elle collabore régulièrement. En juillet/août 2018, elle effectue un stage d’assistanat auprès de Gisèle Vienne à la Biennale de Venise. En juin 2019, elle présente P= ui (puissance = tension x intensité), un projet de fin d’études dont elle signe la mise en scène. Depuis 2014, elle travaille avec la compagnie Désirades, qu’elle a créée avec l’auteur et metteur en scène Valérian Guillaume. En 2019 elle devient compagnonne du Tas de Sable – Ches Panses Vertes.

Le projet : Lily… petite forme au fil de l’eau

Durée : NC

Création : NC

Dans les profondeurs des mers, sous un océan de plastique formant de drôles de coraux… vit Lily, un drôle d’animal marin fantastique… Dans cet habitat étouffant, artificiel, elle vit seule…

Des monceaux de plastiques et d’objets divers, elle récrée un monde, grâce à des images provenant d’ailleurs et que l’océan lui ramène. Est-elle seule dans l’océan? Est-elle la dernière de son espèce ? Existe-t’il d’autres animaux marins extraordinaires non loin de là ? Dans l’impossibilité de sortir de cet espace clos, elle se met à rêver d’ailleurs et de rencontre à l’autre… Cette petite forme aborde la question de la création artistique aux enfants, tout en évoquant en creux la pollution plastique dans l’océan.

Quel que soit son domaine de création, le véritable esprit créatif n’est rien d’autre que ça : une créature humaine née anormalement, inhumainement sensible. Pour lui, un effleurement est un choc, un son est un bruit, une infortune est une tragédie, une joie devient extase, et l’erreur est la fin de tout. Ajoutez à cet organisme si cruellement délicat l’impérieuse nécessité de créer, créer, et encore créer – au point que sans la possibilité de créer de la musique, de la poésie, des livres, des édifices, ou n’importe quoi d’autre qui ait du sens, il n’a plus de raison d’être. Il doit créer, il doit se vider de sa créativité. Par on ne sait quelle étrange urgence intérieure, inconnue, il n’est pas vraiment vivant à moins qu’il ne soit en train de créer.

Joëlle Calimoutou – Les Alchimies Insulaires