Le Parcours Marionnettique

La compagnie Ches Panses Vertes a organisé de nombreux stages courts d’initiation ou de perfectionnement aux Arts de la Marionnette pour un public de professionnels, pré-professionnels ou amateurs.

Dans sa démarche d’accompagnement des professionnels et pré-professionnels, le Tas de Sable – Ches Panses Vertes reprend le principe et propose dans ses murs un Parcours Marionnettique, conçu comme un véritable cycle de formation et de sensibilisation aux Arts de la marionnette.

Les stages du parcours permettent de découvrir l’univers de marionnettistes d’aujourd’hui : Ombline de Benque, Gilbert Meyer, Jean-Pierre Lescot, Denis Bonnetier, Pierre Tual, Christophe Hanon, Eric Deniaud, Luc Laporte, Vincent Vergone, David Girondin Moab, Katerini Antonakaki, Pascale Blaison, Colette Garrigan, Martial Anton, Daniel Calvo Funes, Brice Bertoud, Eric Deniaud, Yvan Corbineau, Yngvild Aspeli… Ils sont l’opportunité d’appréhender les Arts contemporains de la marionnette par l’approche qu’en ont ces marionnettistes et par la thématique ou la technique qu’ils ont choisi en particulier de partager et d’approfondir le temps d’un week-end.

Cette opportunité s’adresse tant aux professionnels du spectacle vivant (comédiens, danseurs, plasticiens…) qu’aux pré-professionnels, aux enseignants et amateurs désireux de s’essayer à ces Arts.

Parcours Marionnettique 2017

Qui joue ? – L’acteur ou l’objet ?

Charlot Lemoine & Jacques Templeraud
– du 31 mars au 2 avril 2017 –

Essais saugrenus, jeux de hasard, jeux d’approche par le toucher, la voix, le souffle… Expériences personnelles et réflexions collectives.
Petit à petit, il s’agit de faire connaissance de nos partenaires, acteurs et objets, afin d’élaborer de brefs moments théâtraux.
Un jeu de tentatives pour en arriver à se poser la question : Qui joue? L’acteur ou l’objet ?

* Il est demandé à chaque participant d’apporter une source lumineuse et un objet tenu secret.

Mise en jeu du corps avec d’autres corps

Carine Gualdaroni
– du 5 au 7 mai 2017 –

La recherche de Carine Gualdaroni se situe dans la rencontre du corps et de la matière.
Durant ces trois journées, nous aborderons le corps à travers l’exercice de la matière. De la qualité du toucher aux différents rapports de manipulation, nous observerons l’incidence du geste sur l’objet/matériau et inversement, comment la structure de la matière peut orienter nos mouvements. Nous commencerons par mettre en jeu nos corps, au service du corps des autres participants, en jouant sur le poids, la masse, l’inertie, la manipulation…Puis nous explorerons des matières à capacité de transformation ( papier, plastique …). Et nous finirons par mettre en jeu les corps avec d’autres corps marionnettiques de différentes échelles. Ainsi, nous observerons ce qui structure et oriente le mouvement, quand celui-ci a pour enjeu la mise en mouvement d’un autre corps que le sien.
Ces autres corps (réels, matériaux ou marionnettes) seront l’objet central de nos explorations. Nous chercherons ainsi à métamorphoser l’image du corps et créer d’autres êtres plus hybrides.

Le marionnettiste, il fait quoi lorsqu’il ne tient pas sa marionnette ?

Serge Boulier
– du 19 au 21 mai 2017 –

Souvent le manipulateur de marionnettes est considéré comme « comédien-marionnettiste ».
Il se présente d’ailleurs comme tel : « bonjour, je suis comédien-marionnettiste. »
Mais sur scène, sait-il vraiment faire les deux ? Pas si sûr. Pas si simple. Le théâtre de marionnettes est un théâtre d’accessoires ou l’acteur peut se perdre. Je propose un travail autour de textes, en mêlant sur le plateau, marionnettes et acteurs/manipulateurs.
Passer de la marionnette-objet à la marionnette figurative et tenter de comprendre qui est le personnage. La marionnette ? Le manipulateur ? Les deux à la fois ? Ou chacun en alternance ?
Apprendre à maitriser les deux formes de jeux (acteur et marionnette) et complexifier l’approche du plateau. Apprendre aussi à maitriser l’outil (la marionnette) sans que l’acteur ne s’absente et ainsi enrichir le langage scénique au service d’un texte. Pour ma part, je crois bien que je ne suis ni l’un, ni l’autre. Ni acteur, ni marionnettiste. J’ai envie de vous faire partager l’envie de jouer (JOUER comme : «  on dirait que …») tout en pensant objet. Parce que je crois bien qu’être marionnettiste, c’est avoir une caisse à outils et un stylo dans le cerveau et des objets au bout des doigts.