NI BLEU, NI BLOUSE

Création : novembre 2011

Générique

Texte :
François Chaffin

Mise en scène :
Sylvie Baillon assistée par Éric Goulouzelle

Avec :
Laetitia Labre, Ludovic Darras & Olivier Sellier

Scénographie :
Julien Defaye

Création Marionnettes :
Éric Goulouzelle

Création musique :
Karine Dumont

Création lumières :
Yvan Lombard

SYNOPSIS

Ni bleu Ni blouse est né de la volonté de la scène conventionnée pour les Arts de la marionnette d’Oloron Sainte-Marie de travailler sur la mémoire ouvrière de cette ville des Pyrénées Atlantiques, pour saisir les fragments d’un patrimoine humain éparpillé voire ignoré. Acteurs et marionnettes, mis en scène par Sylvie Baillon, disent et incarnent cette mémoire sur un texte écrit par François Chaffin à partir de la parole d’habitants.

Sur le plateau, des vestiaires se souviennent des hommes et des femmes qui les ont peuplés, se sont livrés à eux, s’y sont abrités… On y parle de travail, de famille, de chienne de vie, de lutte, de désespoir, de tout plus que de rien, d’aubes fatiguées et de crépuscules inévitables. Portes ouvertes, portes fermées, le vestiaire nous laisse sans oubli. C’est un vélo qui entre, deux espadrilles, un coup de sirène et l’histoire continue, se joue, s’amplifie, s’éparpille… Ce n’était pas mieux avant, c’était juste avant ! Parce que c’est aujourd’hui qu’il faut vivre, c’est pour ces mains-là qu’il faut apprendre, c’est avec ces mains-là qu’il faut entreprendre, changer le monde comme on transforme une matière !

« […] j’y ai laissé des courroies, des clapets, des capots, on m’a re-démontée, électrifiée, numérisée, exploitée jusqu’à l’obsolescence et j’ai eu chaud, toujours. Toute ma vie, ma durée de vie, oui, j’ai eu chaud ! » La Machine

Extraits du texte

« Et nous râleurs / vivants et protubérants / nous n’avons plus / le temps nous ne l’avons plus / c’est bien fini ce temps-là / nous sommes d’aujourd’hui / il a fallu un peu de temps / le temps de nous y faire / mais nous y sommes / le temps que le temps passe » Vestiaire

Extraits du texte

« Le dernier ouvrier de la dernière espadrille : Il n’en reste qu’un, le dernier ouvrier qui travaille l’espadrille à mains nues, c’est moi. Combien de pas, de voyages, de bonds, les hommes et les femmes ont-ils fait par la magie de mon geste ? But time is over, la pendule indique l’heure nouvelle, les temps modernes (…). » Dernier ouvrier à la dernière espadrille

Production

Production déléguée / Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes, Pôle des Arts de la marionnette en région Picardie, Lieu compagnonnage marionnette. Métropole et subventionné par le rectorat d’Amiens. Co-production / Scène conventionnée pour les Arts de la marionnette de la Communauté de communes du Piémont Oloronais, Tas de Sable – Ches Panses Vertes, Office Artistique de la Région Aquitaine. Avec le soutien de la Communauté de communes Bocage-Hallue.

La compagnie Ches panses vertes réveille les souvenirs d’une mémoire ouvrière nichée dans un vestiaire. « Ni bleu ni blouse » est un spectacle plein de poésie et d’humanité, servi par une belle équipe. Remarquable.

Laura Plas