ALORS, ILS ARRÊTÈRENT LA MER

Création : janvier 2011

Générique

Texte :
Valérie Deronzier

Mise en scène :
Sylvie Baillon assistée par Éric Goulouzelle

Avec :
Audrey Bonnefoy & Pierre Tual

Scénographie :
Antoine Vasseur

Marionnettes :
Éric Goulouzelle

Création costume :
Sophie Schaal

Création musique :
Katerini Antonakaki

Création lumières :
Yvan Lombard

SYNOPSIS

Leila et son frère Théogène accueillent le Vieux-père-grand-père, le papa de leur Mamie qui sort de l’hôpital … Avec Pierrot, l’amoureux de Mamie, les voilà qui traversent saisons et paysages pour aller voir la mer. Bien fatigué, le Vieux-père-grand-père demande à ce qu’ils arrêtent la mer pour qu’il puisse faire sa sieste ! Non mais, elle est un peu bruyante !

C’est important quand on a trois ans de savoir quelle est l’histoire de ses parents et grand-parents, une façon de se situer dans le temps… C’est important quand on a trois ans de partager avec les grands, plus ou moins vieux, des envies d’aller quelque part, pour un grand pique-nique joyeux, pour se raconter le monde tel qu’on se l’imagine, tel qu’on le rêve ensemble… Avec les mots, avec les dessins, bricolons- le, ce monde, pour passer par-dessus nos peurs ! Il n’y a pas d’âge pour la fantaisie !

« Le printemps ! Et si on allait voir la mer ? » Mamie

Extraits du texte

« Un bleu parfait pour aller voir la mer ! Devant ta télé, tu ne pourras jamais être dedans le bleu du ciel ! Devant ta télé, tu ne seras jamais dedans le bruit de la mer ! » Mamie

Extraits du texte

« On arrête jamais de grandir ! À notre âge Pierre, c’est à l’intérieur qu’on grandit ! » Mamie

Production

Production / Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes, Pôle des Arts de la marionnette en région Picardie, Lieu-compagnie marionnette. Avec le soutien de la Maison du Théâtre d’Amiens / Amiens Métropole, de la compagnie O’Navio / Théâtre de la Marmaille (Limoges).

Difficile de ne pas chantonner les mots de Michel Jonasz en sortant du superbe « Alors ils arrêtèrent la mer». Sylvie Baillon met en scène à la perfection le texte sensible de Valérie Deronzier. Un spectacle sur les générations, à la scénographie innovante.

Amélie Blaustein Niddam

Pour parler de la vieillesse, Sylvie Baillon met en scène un présent qui réunit les âges de la vie, un temps suspendu qui se nourrit de l’avenir et du passé, un espace partagé.

Françoise Sabatier-Morel

L’escapade prend des allures de road-movie familial, avec un grand-père fatigué mais espiègle, une mamie pleine d’entrain et deux enfants qui
rêvent de « devenir grands pour faire des choses qu’ jamais faites ». […] « C’était trop bien », lâche un petit garçon à l’issu de la représentation.

Sandrine Blanchard