Marie Godefroy pour Lafleur

Dates de résidence au Tas de Sable : du 22 ou 28 mai 2018
Présentation du travail : en cours d’élaboration

Marie Godefroy

Cela fait maintenant quatorze ans que je me suis engagée dans l’art de la Marionnette. Je l’ai rencontré au lycée Michelis à Amiens grâce au cours de Sylvie Baillon en option Théâtre. Puis j’ai suivi de nombreux stages avec différents marionnettistes notamment dans le cadre du parcours marionnettique et la classe conservatoire marionnette du Tas de Sable – Ches Panses Vertes. Je me suis également formée à la marionnette à gaine au Théâtre aux Mains Nues (Paris). Enfin j’ai intégré l’École des Arts de la Marionnette à Charleville Mézières où j’ai continué à me former à cet art pendant 3 ans. Depuis je travaille en tant que comédienne marionnettiste pour différentes compagnies.

Marie Godefroy

Générique

Conception et réalisation :
Marie Godefroy

En cours de réalisation

Le projet : Lafleur

J’ai vu la marionnette dans beaucoup d’états. Je vois aussi l’histoire de ce art qui continue de s’écrire, la marionnette contemporaine se développe énormément et sous des formes très différentes. Tout cela est absolument passionnant.

Seulement me voilà arrivée à un moment où j’ai besoin de remonter l’histoire dans l’autre sens. J’ai envie de retourner à un endroit plus archaïque de cet art. J’ai envie de rendre visite à Lafleur comme on ressent parfois le besoin de se renseigner sur ses aïeuls. L’univers de Lafleur est représentatif de tout un pan de l’histoire de la Marionnette qui m’intéresse énormément.

J’aime l’idée que la Marionnette a su être le prétexte à des rassemblement populaires réguliers. Que moultes personnes aimaient à se rassembler autour de cet anti-héros qu’est ch’Lafleur. Qu’à travers ces objets de bois et de chiffon, se jouaient les problématiques du moment, le rapport aux différentes autorités, plus généralement les rapports des uns avec les autres, le vivre ensemble. Les spectacles de marionnette étaient alors générateurs de commun, de parole et de partage. Trois notions qui engage le corps social et dont il me paraît bien urgent de prendre soin et d’entretenir. Je suis convaincue que la marionnette a ce pouvoir.

En aucun cas, Il ne s’agit de faire un spectacle historique. Ce que je donnerai à voir n’induira surtout pas que c’est ça qu’il y avait avant. Les recherches historiques sont la première partie de mon travail. Elles sont nécessaires à la réflexion et à la construction du spectacle. Mais tout l’enjeu sera de trouver la façon de se réapproprier ce personnage populaire : comprendre d’où il vient, se mettre à son écoute pour entendre ce qu’il dirait aujourd’hui. Et ensuite trouver la forme la plus appropriée, avec les moyens d’aujourd’hui, pour servir sa parole.

Marie Godefroy

La démarche

Les différentes recherches entreprises sur les spectacles de Lafleur et leur mise en parallèle avec le monde d’aujourd’hui m’ont conduite vers l’idée de série. C’est pourquoi j’envisage le travail en deux temps :

– La première année sera consacrée à la recherche historique et dramaturgique ; puis à la construction des marionnettes et de la scénographie. Tout ça dans le but d’aboutir à la création d’un « Épisode Pilote » pour juin 2018. L’enjeu d’un épisode pilote étant pensé avec les mêmes contraintes qu’une scène d’exposition en Théâtre classique. Il s’agit de présenter l’univers, les personnages qui le constituent et de lancer le moteur de jeu : Lafleur et ses différentes aventures. Puis d’en développer une première, par exemple, Lafleur qui vit un attentat, Lafleur rencontre Donald Trump…

– Cet épisode servira de base pour le travail de la deuxième année. Toujours dans l’idée de créer et de nourrir le « commun », je souhaiterai partir à la rencontre de différentes personnes et publics. Le cadre de ses rencontres reste encore à réfléchir : partenariat avec des centres sociaux et/ou culturels, maisons de quartier, établissements scolaires, prisons, maison de retraites, … L’idée c’est que chaque rencontre aboutisse à l’écriture d’un épisode de la série Lafleur. Selon chaque endroit : quel sujet avons nous envie d’aborder et quelle parole donnons nous à Lafleur. En parallèle à ce travail d’écriture, il y aura également de la construction et des ateliers de manipulation des marionnettes.

Le potentiel de la marionnette traditionnelle étant si riche, il reste beaucoup de choses à explorer, éprouver et affiner. Voici en tout cas les premières pistes d’un travail naissant et ne demandant qu’à grandir.

Marie Godefroy

Production

Soutiens / Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes, Théâtre de marionettes Chés Cabotans d’Amiens

En cours d’élaboration