Cécile Doutey pour Transit / La fille aux bottes rouges

Comédienne marionnettiste – Artiste en compagnonnage

En parallèle d’études d’Arts du Spectacle à l’Université Paris III Sorbonne Nouvelle, Cécile intègre la Troupe de l’Epée de bois à la Cartoucherie de Vincennes, sous la direction d’Antonio Diaz Florian (de 2001 à 2004). Elle occupe alors différents postes (scénographie, fabrication de masques et d’accessoires, régie lumière) et est interprète dans plusieurs spectacles Othello de W. Shakespeare, La Soufrière et Torquemada de A. Diaz Floran, La Maison de Bernarda Alba de F.G. Lorca. C’est aux côtés de Jean-Marie Hechert, scénographe de l’Epée de bois, qu’elle découvre l’univers de la marionnette.

En 2004, elle suit une formation d’acteur marionnettiste au Théâtre aux Mains Nues sous la direction pédagogique d’Alain Recoing et de ses complices (Brice Coupet, Eloi Recoing, Nicolas Goussef, Martine Viard, Claire Vialon, Christian Remer).

En 2005, elle est reçu au concours de l’ESNAM (école Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette) à Charleville-Mézières et se forme pendant trois ans aux côtés de nombreux artistes, auteurs, constructeurs, metteurs en scène (Claire Heggen, Jo Lacrosse, Alain Zaepffel, Sylvie Baillon, Jean-Louis Heckel, Philippe Minyana, Pascale Blaison, Philippe Genty, Fabrizzio Montecchi, le Groupe Alis, Stephen Mottram, Massimo Schuster, Gavin Glover, la compagnie Giramundo, Alain Gautré, la Cie Royal de Luxe…).

Après l’obtention de son diplôme à l’ESNAM en 2008, elle poursuit le travail commencé à l’occasion de son projet de fin d’études avec le spectacle gestuel Scrtchhh…

Alternativement manipulatrice, comédienne et constructrice, elle travaille ensuite avec les compagnies Anamorphose Jardin d’argiles et J’ai marché sur le ciel, le Théâtre de Nuit Mystoire, le metteur en scène Alain Gautré Capharnaüm et débute sa collaboration avec le Théâtre Elabore dirigé par Sarah Lascar Chut… adapté du roman La tête en bas de Noëlle Chatelet en 2009, Wanted Calamity Jane, dead not alive écrit par Laura Sillanpää, en 2012 et Fleuve en 2013.

Début 2011, elle crée sa compagnie, Brumes Mécaniques avec laquelle elle réalise sa première mise en scène : Little Cosmonaute.

Aujourd’hui, Cécile poursuit ses allers-retours entre construction et manipulation avec la compagnie le Tas de Sable – Ches Panses Verte sur le projet Uchroniks, La Possible Echappée avec le spectacle Kraftmolo (créé avec des danseuses et les résidents polyhandicapés de la MAS Notre-Dame à Paris), Guillaume Hunout avec le spectacle Attention La v’là, le Théâtre Elabore avec la reprise et les représentations du spectacle Fleuve.

En 2014, elle débute une collaboration avec Pascal Vergnault et le Théâtre pour 2 mains sur la reprise du spectacle

Opéra Vinyle et rejoint l’équipe du Royal de Luxe sur la manipulation de la petite géante (Liverpool, juillet 2014 / Perth, février 2015).

En 2015, elle entame un compagnonnage artiste avec le Théâtre pour 2 mains. Elle sera assistante mise en scène sur la création 2015 de la compagnie, Il était une deuxième fois de Gilles Aufray, Sylvain Levey, Nathalie Papin, Françoise Pillet, Karin Serres et Luc Tartar Accompagnée de Pascal Vergnault, elle travaillera son projet de création Transit.

Générique

Sur une idée originale de
Cécile DOUTEY (7ème promotion ESNAM)

Texte (commande d’écriture)
Laura Sillanpää (7ème promotion ESNAM)

Mise en scène
Pascal Vergnault

Jeu
Cécile DOUTEY

Construction
Cécile DOUTEY et Pascal Vergnault

Création musicale
Adrien Mallamaire

Création lumière et régie
Nicolas Priouzeau

Production
Anaïs Blais

Le projet : Transit / La fille aux bottes rouges

Création : automne 2017

Transit : du latin transire (passer), de trans (au-delà, de l’autre côté) et ire (aller).
(Synonymes : transbordement, déplacement, franchissement, passage, traversée, expédition, excursion…) – -> transition

Un vieux souvenir ? Un rêve peut-être… Un voyage quoi qu’il en soit.

Celui d’une petite fille en colère qui escalade la montagne à la recherche de son père absent, en quête d’elle-même et de réponses. Une petite fille sur son chemin vers l’âge adulte. C’est aussi, sûrement une adulte sur ses chemins de petite fille, rêvant le passé et redessinant l’histoire.

Le point de départ est une rencontre inattendue et soudaine entre l’enfant qu’on a été et l’adulte que l’on est devenu. Une jeune femme est assise devant un amoncellement de feuilles blanches, les mots et les images résistent, échappent… page blanche… absence…
Ce trouble, ce sentiment passé convoque soudainement la petite fille qui sommeillait au fond d’elle-même, celle qui tape du pied, celle qui veut savoir, comprendre, être aimée, grandir…
J’imagine un voyage en trois temps, trois étapes, trois âges. Le voyage imaginaire de l’enfant – idéalisé et inaccessible -, la fugue têtue de la pré-ado – échec et colère -, enfin, la longue marche de l’adolescent sur le chemin de la compréhension.

Intention

Bien sûr, l’enfant n’est qu’un rêve, une convocation illusoire, mais il va provoquer une plongée dans les souvenirs anciens, dans le soi hors du temps, dans un moment particulier où l’épreuve traversée a pris la valeur d’un rite de passage, d’un chemin initiatique. Il va permettre un recul sur le chemin parcouru et un regard différent sur ce que l’on est aujourd’hui, sur l’adulte que l’on croit être devenu, sur ce qui s’est transmis, malgré tout.

En toile de fond, l’envie d’évoquer un univers qui m’a été proche et qui pourrait paraître du siècle passé… celui des bergers.
La transhumance réelle, concrète, va servir d’arrière-plan à l’histoire, mais c’est surtout d’une transhumance symbolique, intérieure dont je veux parler.
Une migration du soi des plaines vers le soi des montagnes, un voyage de l’autre côté des terres… Là où chaque instant est une aventure en soi, hors du connu, dans l’immensité des possibles.

Transit c’est un conte d’aujourd’hui, dur et sensible, drôle aussi, qui jongle avec le quotidien, l’imaginaire et le mytho-logique. Une histoire d’abandon et de colère, de rêve et de fantasmes, de solitude et de grands espaces… Une histoire de résilience et de transmission pour raconter le grandir, l’énergie de vivre et d’avancer.

Production

Co-productions et soutiens / Piano’cktail – Bouguenais (44); Scènes de Pays dans les Mauges Sc.conv – Beaupréau (49) ; Aide au compagnonnage Artiste attribué par le Ministère de la Culture et de la Communication – Direction Générale de la Création Artistique ; Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes – Amiens (80), Pôle des Arts de la Marionnette/lieu compagnie/compagnonnage ; PadLOBA – Angers (49)- Compagnie LOBA – Annabelle Sergent (accueil en résidence).

Le Théâtre pour 2 Mains est conventionné par l’État – préfet de la Région Pays de la Loire – Direction Régionale des Affaires Culturelles, la Région des Pays de la Loire, la Ville de Nantes et la Ville de Bougonnais.