Générique

D’après l’album de :
Tomi Ungerer

Adaptation, mise en scène et scénographie :
Alban Coulaud

Avec :
Paul Eguisier, Béatrice Courette, Christophe Roche, Caroline Cybula

Marionnettes, masques :
Béatrice Courette

Scénographie et costumes :
Isabelle Decoux

Musique originale :
Christophe Roche

Lumières :
Claude Fontaine

Son :
Christophe Marraud

Construction :
Sylvain Eguisier

O’Navio Théâtre pour Otto

Dates de résidence au Tas de Sable : du 8 au 17 septembre 2011

O’Navio

Compagnie de spectacles jeune public depuis 1996, basée à Limoges, O’Navio Théâtre explore de nombreuses formes artistiques : théâtre, danse contemporaine, vidéo, marionnettes et théâtre d’objets… Les spectacles sont baignés de thématiques récurrentes : le passage de l’enfance à l’âge adulte, la vérité et le mensonge, la mémoire, la guerre et le conflit… A chaque création, il s’agit d’interroger des questionnements universels à partir de situations particulières, poétiques et politiques, tentant de mettre à jour une certaine absurdité du monde, une certaine vanité des hommes. La compagnie a une quinzaine de créations à son actif.

www.onavio.com

Le projet : Otto, Autobiographie d’un ours en peluche

Création : les 20 et 21 février 2012 à Dijon (21) dans le cadre du festival A Pas Contés

Spectacle jeune public abordant la thématique de la guerre avec marionnettes et vidéo, Otto (autobiographie d’un ours en peluche) est la quatrième création d’Alban Coulaud adaptée d’un album jeunesse illustré. Ce spectacle est tiré de l’album éponyme de Tomi Ungerer, illustrateur alsacien. L’histoire est celle d’un ours en peluche qui, offert avant guerre à un jeune allemand de confession juive, va connaître les rafles de la Gestapo au petit matin, les bombardements, les villes détruites, les morts dans les décombres, les visages défigurés par la souffrance. La peluche passera de main en main, tel un relais entre les hommes, jusqu’à se retrouver dans l’Amérique d’après guerre.

« Parler de la guerre aux enfants ne me vient pas d’un goût du morbide, mais de la volonté d’offrir «des outils qui permettent, un tout petit peu, de penser l’impensable plutôt que de le fantasmer» (Elzbiéta), pour donner à chacun, adulte ou enfant, la possibilité d’une veille citoyenne sur l’absurdité de notre monde. Et de montrer que derrière les images froides du désordre du monde dont on nous abreuve, ce sont des intimités qui sont bouleversées, détruites, anéanties ; des histoires individuelles dont nous ne sommes plus les propres décisionnaires, et qu’une «révolte positive» est peut-être nécessaire pour mettre nos pas ailleurs que dans les chemins que l’on voudrait tracer à notre place. » Alban Coulaud, metteur en scène

Adapter un album illustré, c’est pour Alban Coulaud qui en est inconditionnel, donner une interprétation invisible, indicible et propre à chaque lecteur, qu’il y a entre le texte et l’image de l’album. La marionnette permet là d’ouvrir un champ d’exploration… Surtout lorsque le choix est fait de recourir à une dramaturgie silencieuse. De se concentrer sur un axe qui est majeur dans le travail de la compagnie : la respiration. Elle est le moteur du rythme intérieur et devient étonnement, déception, joie, souffrance… Absence de paroles et de mots donc. Seules les respirations résonneront, seront «spatialisées» (Fabrice Chaumeil) et mises en musique (Christophe Roche) pour faire entendre l’agitation intérieure des personnages. La réalisation des marionnettes – par Béatrice Courette – est inspirée de l’image de ces vieux ours pelés, dont les coutures devenues visibles s’apparentent à des cicatrices, et dont la ouate s’échappe par les déchirures dues au temps. De la sensation que cette esthétique pourrait coller aux personnages d’Ungerer, tous porteurs de blessures physiques ou morales.

Production

Production / compagnie O’navio. Co-production / Association Bourguignonne Culturelle / Festival A Pas Contés (Dijon) – Scène Nationale de Dieppe – Centres Culturels Municipaux (Limoges) – Théâtre du Cloitre (Bellac). Résidences / Espace JP Fabregues (St Yrieix la perche) – Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes.