Générique

Écriture :
Kossi Efoui

Mise en scène :
Nicolas Saelens

Scénographie :
Antoine Vasseur

Musique :
Karine Dumont

Plastique :
Norbert Choquet

Lumière / Régie :
Hervé Recorbet

Conseil Artistique
Eric Goulouzelle

Avec :
Angeline Bouille et Philippe Rodriguez-Jorda

Administration :
Elise Lebossé

Conception graphique du visuel :
Krzysztof Sukiennik – atelierKS

Cie théâtre inutile pour Oublie !

Dates de résidence au Tas de Sable : du 2 au 9 novembre 2009
Présentation du travail : le 9 novembre 2009

Voilà une compagnie que j’ai vu naître ! et que de loin en loin, ou de près en près, j’accompagne. Alors, c’est naturel qu’elle vienne travailler au Tas de Sable et … nous la retrouverons sur les routes de Marionnettes en Chemins.

Sylvie Baillon

Cie théâtre inutile

Ses premières créations sont des mises en scènes de Nicolas Saelens des textes classiques : Le mariage forcé de Molière (1994), La double inconstance de Marivaux (1995), Huis-Clos de Jean-Paul Sartre.

La création du spectacle Le Misanthrope et l’Auvergnat d’Eugène Labiche, en 1997, permet à la compagnie de mettre en place un fonctionnement professionnel. La Cie théâtre inutile s’installe alors à la Maison du Théâtre à Amiens. Elle se développe au gré de ses rencontres et de ses errances.

La Cie théâtre inutile est partie travailler au Cameroun en 1998. Elle y a mis en espace des lectures publiques d’auteurs contemporains avec des comédiens camerounais, dans le cadre de l’opération Lire en Fête.

En 1999, a eu lieu la création de Biokysedi, mise en scène de Nicolas Saelens à partir des textes de Lafortune Dikaho, Joël Ébouémé, Joseph Tchamko, Serge Fayou, Kouam Tawa et Kossi Efoui. Biokysedi a été crée et joué dans les quartiers de Douala. A son retour en France, la compagnie crée Du Lundi naît un mardi de Bertold Brecht, mise en scène de Nicolas Saelens, en 2000.

En 2001, la compagnie participe à la création du groupe Laboristo à St Étienne (42) qui permet à des artistes ayant perdu ou n’ayant pas encore acquis leur statut d’intermittent de travailler dans des conditions professionnelles, D’où naissent les créations Au fil de soie en 2001 et L’arbre à corps en 2002.

Depuis 2001, la compagnie intervient en milieu carcéral en tentant de permettre à chacun de travailler à constituer son propre langage poétique. De ces interventions a découlé la création, en 2003, d’un spectacle témoignant de l’univers carcéral : Le Sas de Michel Azama.

En 2005, la compagnie commande l’écriture de En attentes à… ? à Kossi Efoui et Raymond Godefroy : six actes, six tentatives pour prendre le temps de se demander quelles résolutions suivre quand le monde se morcelle et déchire l’humain dans ses croyances.

Depuis 2006 et la création du spectacle Le Corps liquide de Kossi Efoui, la compagnie travaille autour d’un dialogue permanent entre un auteur et un metteur en scène, entre Kossi Efoui et Nicolas Saelens. Le travail se poursuit avec la création de deux autres pièces de Kossi Efoui : Happy End en janvier 2008 et Concessions en novembre 2008. Puis les créations : Enfant, je n’inventais pas d’histoires en collaboration avec la Cie Tulonfogo de Ouagadougou prévue les 2 et 3 octobre 2009 et Oublie ! qui aura lieu le 26 mai 2010.

www.theatreinutile.com

Le projet : Oublie !

Création : 26 mai 2010 au Palace à Montataire (60)
Spectacle tout public à partir de 8 ans

Première Fable

« Un jour, pas un bon jour, l’Enfant fut chassé par les siens.
«Personne ne comprend rien à ce que tu racontes», lui avait ton dit avant de le bannir. Et l’histoire aurait pu s’arrèter là, sous l’arbre où il s’était laissé tomber sans plus manger ni boire.
Mais un jour, un beau jour, Femme oiseau, fait son entrée sur les lieux de la scène. »

Note de Nicolas Saelens sur les éléments de la représentation

« Corps et voix et marche
Un comédien, le montreur de pantins ;
une comédienne, une voix multiple.
Comment se met-on en marche, en mouvement? Quand le corps est à bout de forces, qu’est-ce qui le remet en marche? La parole ? L’incantation ?

Matrice d’écriture :
Les contes initiatiques
L’histoire du petit garçon qui criait au loup
Les citations des philosophes
Des poèmes

Un personnage
Un Je non incarné. La marionnette, sous différentes formes, pourra dessiner ce personnage.
On parle de magie : apparitions / disparitions, écrans de fumée
On parle de rythme (au sens d’une pulsation), même de rock’n’roll
On parle d’espaces sonores tels que ceux de l’autorité ou de la radio
Il raconte des histoires étranges / Il vit des choses étranges / fantastiques.
En un coup de balais tout disparaît/Magie – fumée – rideau…
Si tout peux disparaître comment reconstituer ? Qu’est ce qui reste…
Si la mer a effacé les traces sur le sable…
La définition du musicien à travers les objets et le son…
Comme un instrumentiste.
Organique / la bouche, l’oreille… les sens… les multitudes d’entrées de la compréhension…
La mort dans le conte n’est pas la fin… elle s’approche…
La découverte du nouveau monde, description de chimères.
Le jeu des sept différences.
Il était une fois… Toutes les formules pour commencer un conte / En personnifiant le conte, le conte tombe sur des éléments qu’il rencontre et qu’il va réutiliser.
Un prologue comme un catalogue d’éléments.
La question du temps / Le conteur parle au passé par ruse / Le prophète parle au futur / “Un jour” rassemble tout.
Jeanne Tripier comme langue mystérieuse, elle tricote des formes… Fût internée de 1937 à 43.
Souvenir de La Femme changée en renard, spectacle de Didier Bezace, un rideau qui passe, deux feuilles mortes qui tombent, un regard témoin…
Reprise du conte avec du sampling de poésie / Et l’introduction d’oraisons.
La mort s’approche à travers les oraisons comme éloignée et étrangère et à un moment c’est ma soeur…
Deux personnages Femme oiseau et Enfant.
Femme oiseau comme habillée de son.
Enfant toujours articulé avec une matière. »

Production

Production / Compagnie théâtre inutile. Coproduction / Le Palace de Montataire (60), Maison des Arts et Loisirs de Laon (02), en cours…  Coréalisation / Le Tas de Sable–Ches Panses Vertes (80), Maison du Théâtre d’Amiens (80), Théâtre de la Balsamine (Bruxelles), Maison de la culture d’Amiens… avec l’aide au compagnonnage 2009 de la DMDTS.

La Cie théâtre inutile est subventionnée par le Ministère de la Culture DRAC Picardie, la Région Picardie, le Conseil Général de la Somme et Amiens Métropole.