Générique

Une adaptation de l’album jeunesse L’Ennemi de :
Davide Cali et Serge Bloch (édition Sarbacane)

Réalisation et interprétation :
Hervé Germain et Luc Kienzel

Scénographie :
Marion Cazet-Supervielle et Moïse Chauvé (Atelier MOA)

Création Lumière :
Didier Malaizé

Création sonore :
Lug Lebel

Création Costume :
Bertrand Sachy

Art Tout Chaud pour L’ennemi

Dates de résidence au Tas de Sable : du 28 mars au 3 avril 2011

Le projet est très intéressant et la demande précise sur la formation au théâtre d’objets. Et puis la guerre est un sujet que la compagnie a eu l’occasion de travailler !

Sylvie Baillon

Art tout chaud

Art Tout Chaud est une compagnie amiénoise. Elle se donne comme objectif de faire un théâtre de création, qui affirme sa singularité, en lien avec la volonté d’aller à la rencontre du public, où qu’il soit et d’où qu’il vienne. Un théâtre populaire en ce sens qu’il s’adresse à tous, petits et grands, avec exigence et sans complaisance. Elle est co-dirigée par Hervé Germain et Luc Kienzel.

www.arttoutchaud.com

Le projet : L’Ennemi

Création : 6 novembre 2011, Centre Culturel Jacques Tati à Amiens (80), pour le festival Tati se met en 4.
Spectacle jeune public.

Après Que mijote Maître Papille? , Don Jugal, et Le chant des génies, les trois dernières créations jeune public de la compagnie, L’ennemi est le prochain spectacle d’Art Tout Chaud adressé aux enfants, d’après l’album dessiné de Davide Cali et Serge Bloch aux éditions Sarbacane. L’histoire d’un soldat seul, abandonné de tous, dans son trou. En face, il y a… l’ennemi ! Celui qu’il ne connaît pas mais dont on l’a convaincu qu’il était « le mal ». Si la guerre est bien en toile de fond, cette histoire est avant tout, un questionnement sur «l’autre». Art Tout Chaud aimerait y répondre avec l’idée d’en rire, dans un esprit burlesque, mais également avec poésie. Hervé Germain et Luc Kienzel, porteurs du projet ont imaginé un théâtre où l’objet et la marionnette auront leur place, dans un espace de jeu spécialement conçu pour inviter le public à partager cette histoire. Ils souhaitent laisser large place à la poétique des objets, à leur détournement, d’ailleurs suggéré dans l’album de Davide Cali et Serge Bloch. Le soldat se raconte donc au travers du peu d’objets qui l’entourent : casseroles, cafetières, boîtes de conserve, allumettes, couteaux, foruchettes, couverture, chaussures, sac…sans parler de son fusil et de son manuel du parfait soldat. Il peut également par la manipulation de ce qu’il a sous la main se représenter l’ennemi, le fabriquer, tout comme les chars, les avions, les trains, les soldats…l’ensemble du contexte de guerre dans lequel il est plongé.

Production

Production / La compagnie reçoit le soutien de la DRAC Picardie, du Conseil Régional de Picardie, du Conseil Général de la Somme, et d’Amiens Métropole. Coproduction / les communautés de communes du Val de Somme et de Bocage-Hallue. Il est accueilli en résidence à La Manufacture (Saint Quentin), au Tas de Sable, à la Maison du Théâtre (Amiens), à l’Espace Saint André (Abbeville), au Théâtre du Chevalet (Noyon), à L’Espace Jean Legendre (Compiègne), Centre culturel Jacques Tati (Amiens).